Une seule candidature a répondu à l’appel d’offre dans les temps. Les Espagnols et l’Allemand Siemens s’étaient engagés à présenter leur candidature à condition d’obtenir un délai supplémentaire.

La fine fleur de l’industrie ferroviaire mondiale était attendue en fin de semaine pour répondre à un appel d’offres géant: la ligne à grande vitesse reliant Rio et São Paulo. Un projet évalué de 10 à 25 milliards d’euros pour relier Rio de Janeiro, São Paulo et Campinas: 511 kilomètres en 85 minutes, contre six heures actuellement.

Mais d’après le ministre brésilien des Transports, une seule candidature a répondu à l’appel dans les temps: le duo Alstom-SNCF. Le gouvernement brésilien a donc annoncé mardi que l’appel d’offres était reporté d’«au moins un an» pour laisser aux autres candidats le temps de boucler leur dossier.

César Borges, le ministre des Transports, a assuré que les Espagnols et l’Allemand Siemens s’étaient engagés à présenter leur candidature à condition d’obtenir un délai supplémentaire. Les deux entreprises espagnoles, le constructeur Talgo et l’opérateur Renfe, touchées par la catastrophe ferroviaire survenue à Saint-Jacques-de-Compostelle, avaient réclamé un sursis ces derniers jours.

Lire l’article sur http://www.lefigaro.fr/